Arthur Sirignano

Géoglyphe du vent, Arthur Sirignano, 2017, Moulin de Vernègues
1 / 2

Vit et travaille Ă  Paris

Résidence : Moulin de Vernègues, Mallemort - Vernissage le 22 juin 2017, 18h

Exposition(s) : 23 juin au 31 octobre 2017

••• Site internet de l'artiste

Les résidences 2017

GĂ©oglyphe du Vent
Terre, pigments colorés.


A partir d’un relevé topographique du parc, la position et l’orientation du Géoglyphe du Vent s’inscrivent harmonieusement dans le paysage.

Cette marque, dont le titre nous renvoie à l’idée du mouvement, peut s’entendre comme l’image d’une mythologie contemporaine du paysage. Elle peut aussi s’interpréter telle une balise, dont l’orientation Est-Ouest marque la course du soleil.

La forme est apparue par la soustraction de la matière et se dissoudra dans le temps par la réapparition de celle-ci. L’herbe recouvrira ainsi ses pigments minéraux et la forme, pourtant si franche, s’estompera.

Le caractère éphémère de cette œuvre, par nature vulnérable, trouve sa conservation par l’image en mouvement. La vidéo et l’œuvre sont donc indissociables et complémentaires.

Cette intervention convoque deux espaces temps. Elle prend racine dans une pratique très ancienne de l’humanité, celle où l’homme trace au sol d’immenses dessins dans sa quête de visibilité depuis les cieux ; puis elle sollicite les dernières avancées technologiques en matière de prise de vue.

C’est le propre d’un géoglyphe, exister pour être perceptible depuis le ciel ou s’adresser aux cieux eux-mêmes. Ce travail est un geste graphique, un mouvement, par définition éphémère, une marque, qui s’inscrit dans le paysage et nous raconte une certaine histoire de celui-ci.