La maison de la Porte d’Eyguières / Baux de Provence

Maison d'Eguières, Les Baux de ProvenceMaison d'Eguières, Les Baux de Provence
1 / 2

Carte d'identité

La maison de la Porte d’Eyguières / Baux de Provence

 

Les Baux-de-Provence
13520

Artiste résident 2017 : Jean le Gac
sur une proposition d'Anne MĹ“glin-Delcroix et en partenariat avec Francine Zubeil (La Fabrique Sensible/ Publications d'artistes)Exposition du 2 juin au 2 juillet 2017
Vernissage le samedi 3 juin 2017, 18h30
organisé dans le cadre de la 6ème édition de Publications d'artistes.

RÉSIDENCE & EXPOSITION

La commune  des Baux-de-Provence est un joyau architectural et environnemental. Elle reçoit pendant la période estivale un flux ininterrompu de visiteurs séduits par la beauté et l’originalité du site et des paysages. Afin d’enrichir son offre culturelle, la municipalité a fait l’acquisition d’une demeure patricienne : la maison d’Eguières, au cœur du village, destinée à recevoir  des artistes en résidence de recherche et production. Jean le Gac en est le premier hôte.  
Chaque année, la manifestation « Publications d’artistes » organisée par la Fabrique Sensible aux Baux-de-Provence offre l’occasion d’une rencontre inattendue  entre le public, les artistes et les éditeurs qui présentent, sous des formes diversifiées (expositions, performances, lectures, projections) et en des lieux spécifiques, les œuvres éditées ou inédites.
A l’occasion de cette sixième édition, l’association voyons voir devient partenaire de la manifestation afin de lui donner une dimension « résidentielle », productrice d’expériences picturales, romanesques, narratives et contextuelles.

La maison d’Eguières est mise à la disposition de Jean le Gac pendant deux mois, d’avril à juin 2017.
Au cours de cette période, le Peintre, auteur, écrivain, photographe, explorateur, détective sera dans la maison et y travaillera sans relâche. Ce sera la maison-atelier du Peintre.

L’énigme naitra de ce travail durant lequel l’artiste multipliera les interventions picturales et textuelles. Jean le Gac, inspiré par la minéralité, l’austérité, la magie des lieux s’y percevra comme le Peintre du rocher, en oiseau rêveur, sur le motif, héros facétieux d’une histoire en devenir. Il inventera une sorte d’autobiographie fictionnelle. Ses recherches laisseront des traces énigmatiques et indicielles sur les murs des différentes pièces de la maison, de l’antichambre à la cuisine, de la cuisine au salon, en passant par la chambre et les commodités. Peinture sur le vif, dessins, esquisses en cours d’exécution, fragments épars de coupures de presse viendront étayer le récit. Des ouvrages divers, livres d’artistes, illustrés, bandes dessinées, romans policiers, littérature populaire occuperont les meubles vitrines comme un fil à remonter le temps.